• Feel Good Friday : 1 tisane FLOW offerte dès 89€ d'achat •

Décodage : que signifie la couleur des règles ?

Tu as peut-être déjà entendu parler de la cafédomancie, aka lire l’avenir dans le marc de café qu’il reste au fond de ta tasse… Sans vouloir aller aussi loin et inventer la menstruomancie, (la science de lire l’avenir dans la couleur du sang des règles donc), il est tout à fait possible d’extirper des informations essentielles sur ta santé (pour prédire l'avenir, on repassera) en s’intéressant une minute à la couleur et l’aspect de notre sang menstruel.

 

 

Mais commençons par le commencement, le sang menstruel, c’est quoi ? 

Le sang menstruel, c’est le sang qui s’écoule par le vagin au moment des règles (ou menstruations). C’est le résultat d’un processus naturel et cyclique : le cycle menstruel. Pendant le cycle menstruel, le corps se prépare à une grossesse éventuelle en tapissant les parois de l’utérus de vaisseaux sanguins, pour qu’un embryon puisse venir s’installer en cas de fécondation. S’il n’y a pas de fécondation, il n’y a pas d’embryon et donc, cette paroi (= l’endomètre) n’a plus de raison d’être et elle se désintègre peu à peu avant d'être évacuée par le vagin. C'est un peu comme si tu avais préparé la chambre d’amis pour quelqu’un qui ne vient pas (mais en plus vénère et douloureux, l’utérus n’aime visiblement pas trop qu’on lui fasse des faux plans).


Avant les règles il y a quoi ? 

Pendant tout le cycle, certaines hormones sexuelles sont plus ou moins présentes, en fonction de leur rôle. Au début du cycle, pendant la phase folliculaire, ce sont les œstrogènes qui dominent. C’est eux qui sont responsables de “donner l’ordre” à l’endomètre de se développer (ou pour reprendre la métaphore précédente : ranger la chambre et faire le lit) pour créér des conditions propices à la nidation d’un ovule fécondé. 

Vient ensuite l’ovulation. À ce moment là, les œstrogènes sont au max et survient un pic de testostérone (une hormone masculine aussi présente chez la femme) qui déclenche l’ovulation (et accessoirement, fait monter la libido en flèche, histoire de vraiment TOUT faire pour qu’une fécondation puisse avoir lieu). 

La durée de vie d’un ovule dure entre 12h et 24h, mais comme les spermatozoïdes peuvent survivre jusqu’à 5 jours dans un environnement propice (comprendre = un corps de femme fertile), la fécondation peut avoir jusqu’à 5 jours après un rapport non protégé.

Tomber enceinte pendant ses règles, c'est possible ?

Si tu souhaites éviter une grossesse, on te conseille donc d'éviter les rapports à risque (= non protégés) au moins 5 jours avant la date prévue de ton ovulation. Selon les personnes, l'ovulation a lieu entre le 11e (pour un cycle court d'environ 25 jours) et le 20e jour (chez les cycles de 32 à 35 jours), une fécondation peut donc potentiellement avoir lieu à la suite d'un rapport sexuel non protégé dès le 5e ou 6e jour pour un cycle court.

Au 6e jour du cycle menstruel, il se peut que tu aies toujours tes règles (ou des saignements de fin de règles), on oublie donc tout de suite l'idée reçue selon laquelle on ne peut pas tomber enceinte pendant ses règles). Mais comme la durée du cycle menstruel peut varier d'un cycle à l'autre (un cycle menstruel normal ne dure pas forcément 28 jours), plutôt que de te baser sur la durée de ton cycle précédent (la méthode du calendrier), on te conseille d'apprendre à écouter ton corps et ta familiariser avec la glaire cervicale, qui est un indicateur bien plus fiable d'une ovulation à venir. Attention : l'observation de la glaire n'est pas une méthode contraceptive en soi, si tu n'as pas de contraception hormonale ou de stérilet, les protections barrières comme le préservatif ou le diaphragme sont les plus fiables pour éviter une grossesse non-désirée.

Si aucun spermatozoïde ne vient rencontrer l’ovule (ou plutôt, si l’ovule ne choisit pas de spermatozoïde), il ne peut pas y avoir fécondation. 

Mais ça ne s’arrête pas là, enfin pas tout de suite. Pendant encore environ 7 à 10 jours, le corps ne sait pas s’il y a eu fécondation ou pas. La paroi de l’endomètre a certes fini de se développer (et le taux d’œstrogènes baisse en conséquence), mais en attendant de savoir s’il va en avoir besoin ou non, le corps la maintient en place grâce à la progestérone. La progestérone (l'hormone de la phase lutéale) est sécrétée en continu pendant cette période et si à la fin il n’y a pas d’embryon qui est venu s’installer dans l’endomètre, elle arrête d’être produite, ce qui déclenche l’arrivée des règles quelques jours après. 


Les règles, cet indicateur de santé méconnu

Si ton médecin t’as déjà certainement questionné sur ton sommeil ou sur ton urine ou tes selles, il est plutôt rare qu’on nous demande comment et la couleur des règles. C’est pourtant une erreur, car le cycle menstruel est, selon certains, qualifié de 5e signe vital (au même titre que le pouls, la pression artérielle, la respiration et la température corporelle). 


Les hormones du cycle menstruel sont connectées de très près au reste de la santé, et avoir un cycle sain et des hormones équilibrées n’est pas qu’une question de fertilité ! Comprendre ce qui ne va pas dans ton cycle est essentiel pour être en forme sous tous les aspects, autant mentalement et physiquement. 


Les différentes couleurs des règles et leur signification

La couleur du sang menstruel peut changer de couleur et d’aspect au cours des menstruations, c’est tout à fait normal. Ce n’est pas le “même” sang qui s’écoule de ton utérus et de ton vagin au début et à la fin des règles (et parfois même en dehors).

 

Le sang rouge vif 

C’est la couleur du sang “normal” des règles. Il est rouge vif, fluide, de la même couleur que quand on se fait une entaille dans le doigt. Ce sang est présent surtout à partir du 2e jour des règles jusqu’au 4e ou 5e, selon la durée habituelle de tes saignements.
Si ton sang est comme ça, c’est le signe que tout va bien


Le sang rouge foncé

Cette couleur des règles est plus foncée que le sang “normal”, il est souvent plus épais, contient parfois des caillots (les “grumeaux” des règles) qui peuvent parfois mesurer 1 ou 2 cm. Les personnes qui ont des saignements de cette couleur ont très souvent des règles abondantes et longues et/ou très douloureuses. Au-delà de son aspect un peu inquiétant, ce n’est pas une raison de s’alarmer, même s’il indique un déséquilibre hormonal : l’excès d’œstrogènes. 


Ce déséquilibre n’est pas “grave” mais il peut être très difficile à vivre, d’autant qu’il s’accompagne le plus souvent de tout un tas d'autres symptômes, comme un syndrome prémenstruel très marqué, des migraines, une fatigue importante, des seins douloureux avant les règles, de l’acné et même une carence en fer ou de l’anémie. 

On avait déjà parlé des règles abondantes et leurs solutions, notamment du lien avec le stérilet en cuivre. 


Le sang rose

Cette couleur de sang menstruel rose clair, parfois même transparent est le signe que le sang est dilué, qu’il s’est mélangé à de la glaire cervicale (aka, les pertes blanches). Ce sang est fréquent entre les règles, par exemple au moment de l’ovulation ou avant le début des règles. Si tes saignements sont roses pendant toute la durée de tes règles, c’est souvent le signe d’un manque d’œstrogènes

Dans le cas de ce déséquilibre hormonal, le corps n’a pas produit suffisamment d’œstrogènes et la paroi utérine ne s’est donc pas assez développée. L’endomètre à évacuer au cours des menstruations est plus fin que la normale et les règles sont très peu abondantes et plus courtes que des règles habituelles. Un déficit d’œstrogènes peut causer des problèmes de fertilité car l’endomètre n’est pas capable d’accueillir l’embryon (ou pour continuer notre image : la chambre n’est pas faite et le lit n’a pas de draps). Comme les œstrogènes jouent aussi un rôle important au niveau de l’humeur, de l'énergie et des défenses immunitaires, les personnes qui en manquent ont souvent d’autres symptômes : fatigue, dépression, manque d’énergie…


Le sang “noir”

Cette couleur de sang menstruel est la plus inquiétante au premier regard, alors qu’elle est tout à fait normale ! C’est la couleur du sang en fin de règles et le signe que le sang s’est oxydé. Quand le sang s’écoule du vagin, il met plus ou moins de temps à descendre et—gravité oblige—il est généralement plus lent en fin de règles quand on a moins de crampes et qu’il s’écoule en plus petite quantité. Ce sang noir ou marron (quand il est plus dilué), c’est clairement le moins sexy de tous, même s’il est 100% normal. 

Une couleur des règles noir ou marron arrive souvent à la fin des menstruations, ou après un jour de pause, quand on pense que c'est fini (et puis non), mais il peut arriver que du sang noir ou marron apparaisse en milieu de cycle ou avant les règles. Dans ce cas, c’est parfois du sang des règles précédentes qui avait stagné—ou du sang des règles suivantes qui tardent à se déclarer. Comme l’utérus ne se contracte généralement pas en dehors des règles, le sang menstruel met beaucoup plus de temps à s’écouler, il est exposé à l’air (car oui, il y a de l’air dans ton vagin) et s’oxyde.

Si tu as des spottings (des légers saignements) par exemple après un rapport sexuel dans les jours qui suivent la fin de tes règles, c’est normal : pendant un orgasme, le vagin et l’utérus se contractent et le sang qui s’y trouve est expulsé.


Le sang gris

Attention, si ton sang menstruel est gris, ce n’est pas du sang, c’est de la glaire cervicale mélangée à du sang (un peu comme le sang rose). Ce “sang” gris, ou plutôt des pertes grises, c’est surtout le signe d’un infection vaginale et c’est le signe qu’il est temps d’aller consulter ton médecin (idem si tes pertes sont vertes ou verdâtres, jaunes, pâteuses, grumeleuses ou malodorantes).

 

Quelle est la meilleure façon d'observer la couleur du sang menstruel ?

Quand on dit observer, ça ne veut pas dire qu'il faut sortir le microscope et la blouse blanche. Si tu utilises une cup menstruelle, tu peux observer le sang qu'elle contient au moment de la retirer (c'est aussi un super outil pour voir combien de sang on perd rééllement pendant nos menstruations). Si tu utilises des tampons ou des serviettes hygiéniques (tu peux également observer la couleur de tes règles et leur aspect (voir s'il y a des caillots ou non). Avec les culottes menstruelles, c'est un peu plus compliqué, étant donné qu'elles ont pour la plupart un fond de culotte noir. Mais comme on ne saigne pas que dans nos protections (ce serait trop beau sinon), tu peux aussi regarder la couleur du sang de tes règles sur le papier quand tu vas aux toilettes.

C'est grave docteur ?

C'est normal que le sang menstruel change de couleur entre le début et la fin des règles et même d'un cycle à l'autre. Beaucoup de femmes ont par exemple signalé souffrir de règles abondantes et douloureuses à la suite du vaccin contre le COVID-19. Dans ce cas, c'est le résultat d'une inflammation, déclenchée par la réponse immunitaire du corps face au vaccin (un bon signe donc).

L'inflammation peut être la conséquence d'une alimentation inflammatoire, d'un excès de sucre, d'alcool, de mauvaises graisses, de stress chronique... La pose d'un stérilet en cuivre cause aussi souvent une réaction inflammatoire et des règles douloureuses et abondantes.

 

Les solutions

Changer la couleur de ses règles n'est pas une fin en soi, car la couleur des règles n'est pas un problème en soi, elles sont l'indicateur d'un état de santé (menstruelle).

En fonction du déséquilibre hormonal qu'elles indiquent, on peut changer certaines habitudes pour rétablir l'équilibre entre ses hormones, qu'il s'agisse d'un excès ou manque d'œstrogènes ou d'un manque de progestérone.

 

Comment reconnaître un déséquilibre hormonal ?

En dehors de l'aspect et la couleur des règles, d'autres signes peuvent indiquer un déséquilibre hormonal comme : la durée du cycle, l'intensité des douleurs, la présence ou non d'acné, l'intensité du syndrome prémenstruel, les fringales, les sautes d'humeur...

Si tu veux savoir à quel profil hormonal tes symptômes correspondent et ce qu'ils veulent dire, notre diagnostic menstruel est là pour t'aider à déchiffrer ce que ton corps essaie de te dire.

 

Les cures naturelles contre le déséquilibre hormonal et l'inflammation


Parce que le déséquilibre hormonal, les symptômes menstruels, le syndrome prémenstruel, les règles douloureuses et abondantes et l'acné ne sont pas une fatalité, nous avons créé des solutions naturelles et efficaces à base de plantes pour soulager les maux menstruels et aider les femmes à vivre des cycles sereins et sans douleurs.

Les cures contiennent des plantes et minéraux (et rien d'autre) essentiels à l'équilibre du cycle et le bien-être féminin et agissent à la racine même du problème : le déséquilibre hormonal.

 

3 cures pour 3 problématiques

À chacune sa spécialité ! Nous avons créé 3 cures pour 3 problématiques, qui adressent l'ensemble des problèmes hormonaux qu'une femme peut rencontrer en lien avec ses règles.

BALANCE : l'équilibre

Balance, c'est la cure anti-syndrome prémenstruel (SPM). Elle équilibre les hormones naturellement et combat les symptômes prémenstruels, régule le cycle et aide à diminuer les flux abondants. En équilibrant le rapport entre les œstrogènes et la progestérone, elle permet de favoriser une ovulation saine et un "cercle vertueux" du bien-être hormonal, émotionnel et physique.

 

CLEAR : la détox

Clear, c'est la cure anti-acné, anti-chute de cheveux. Anti-inflammatoire, elle aide à contrôler l'acné, réguler la digestion, détoxifier le foie, la peau et les hormones. Elle est idéale pour accompagner l'arrêt pilule ou le SOPK et participe à réduire l'inflammation suite à la pose d'un stérilet en cuivre.

 

FLOW : le confort

Flow, c'est notre tisane bien-être menstruel pour des règles sereines et sans douleurs. Elle contient 7 plantes médicinales connues pour leur propriétés pour le bien-être féminin, qui soulagent les douleurs de règles, aident à réduire le flux des règles abondantes, réduisent les crampes, combattent les nausées, les migraines et les troubles de la digestion.