Mes règles sont-elles normales ?

Les règles, vous le savez, c’est notre grande passion (les vraies ont la ref, #passionOmarSharif, oui, on a plus de 30 ans, et alors ?). Alors oui, on en parle souvent : régularité, aspect, comment soulager les douleurs etc. mais s’il y a un sujet dont on ne parle pas beaucoup, c’est bien leur quantité. 

On s’est toutes déjà retrouvées dans une conversation entre copines à parler de tout, de rien et de règles et là, épiphanie, on se rend compte que l’une doit changer de tampon toutes les heures et ne peut pas dormir sereinement la nuit, même avec une serviette sous elle pour protéger les draps, alors que l’autre, ébahie, avoue ne pas avoir besoin de plus d’un protège-slip par jour.

Passons outre le fait que la nature est décidément TRÈS injuste, c’est quoi au fait, une quantité de sang NORMALE pendant un cycle

 

Règle n°1 : mieux vaut éviter de demander l’avis des hommes sur la question, souviens-toi par exemple de la Nasa qui a demandé à Sally Ride, une astronaute qui se préparait à une mission en orbite d’une semaine, si une boîte de 100 tampons allait lui suffir ou si elle avait besoin de rab. (#nojoke, ces hommes là connaissent visiblement mieux le système solaire que le corps féminin)

“On se dit souvent que l’essentiel, c’est de les avoir, mais on oublie très souvent le reste..."

Pour répondre à la question, la quantité "normale" (= saine) de sang perdue pendant les règles c’est entre 50ml et 150ml, soit à peine le volume d'un petit pot de yaourt, avouons le, on est plutôt loin de la fameuse scène de The Shining

Toutefois, il est à noter qu’on parle d’hypoménorrhée (hypo : inférieure à la normale) quand la quantité de sang perdue au cours des menstruations ne dépasse pas 25ml (soit un peu moins qu'un espresso) et d’hyperménorrhée (hyper = supérieure à la normale) à partir de 80ml. On peut donc être considérée comme ayant des règles importantes sans être des règles “anormales” pour autant. 

De quoi les règles faibles ou abondantes sont-elles le signe ?

Des règles importantes et hémorragiques peuvent avoir des origines différentes, même si c’est généralement la même cause initiale : une croissance excessive de l’endomètre (muqueuse qui tapisse l’utérus et qui est évacuée pendant les règles). Plus l’endomètre est important, plus les règles sont abondantes et/ou longues. De la même manière, des règles peu abondantes sont le signe d’un endomètre peu développé.

Les causes de règles abondantes 

  1. Le DIU (dispositif intra-utérin) en cuivre
    Cette contraception non-hormonale n’a pas d’impact sur l’équilibre hormonal, mais peut causer une inflammation de l’utérus causant des règles beaucoup plus abondantes et souvent douloureuses, surtout pendant les premiers mois après la pose. Généralement, le flux devient moins important une fois que le corps s’est habitué, mais les règles restent plus importantes que sans ce dispositif.

  2. Excès d’œstrogènes et déséquilibre hormonal
    En cas de déséquilibre hormonal, quand l’équilibre entre les œstrogènes et la progestérone est perturbé et que les œstrogènes sont présents en excès, ils peuvent entraîner un développement plus important de l’endomètre, ce qui cause des règles hémorragiques et longues.

  3. Endométriose et adénomyose
    L’endométriose et l’adénomyose sont des maladies gynécologiques où des cellules similaires à celles qui tapissent l’utérus (l'endomètre) apparaissent sur d’autres organes. Pour l’adénomyose, cette prolifération de cellules se limite à l’utérus, le faisant parfois doubler voire tripler de volume. Ces cellules sont réceptives aux fluctuations hormonales, à l’arrivée des règles elles se détachent, causant une inflammation interne et des douleurs très fortes, en plus des saignements souvent importants.

  4. SOPK
    Certaines personnes qui souffrent de SOPK souffrent également de règles très abondantes. Ici aussi, c’est souvent le signe d’un excès d’œstrogènes : la muqueuse utérine s’est développée de manière trop importante, parfois pendant plusieurs mois, et les règles, même si elles sont irrégulières, peuvent être extrêmement importantes.

  5. Préménopause et adolescence
    La production de progestérone étant entre autres corrélée à l’ovulation, les cycles anovulatoires, présents notamment à l’adolescence et pendant la préménopause, causent aussi souvent un excès d’œstrogènes qui se traduit par des règles importantes et des flux anarchiques.

C'est grave ?

En soi, pas vraiment, car même si on a des règles hémorragiques, c'est toujours "que" du sang menstruel qui s'écoule, aucun risque de se vider de son sang donc. Le principal problème réside dans le fait que des règles très abondantes peuvent être extrêmement handicappantes, dans le sens où une protection menstruelle classique ne suffira sans doute pas, la peur de la tâche est hyper présente et l'on cherche en permanence à localiser les toilettes les plus proches. Pas fun.

L'autre risque, c'est la fatigue et l'anémie. Même si le sang menstruel ne fait pas partie des 5 à 6 litres de sang qui circulent dans le corps d'une femme et le maintiennent en vie, des règles abondantes peuvent faire chuter le taux d'hémoglobine dans le sang. (Au cas où tu aurais oublié, rappelle toi, l'hémoglobine, les globules rouges etc. c'est ça.)

Un taux d'hémoglobine faible est très souvent corrélé à une carence en fer (essentiel à sa fabrication), si on a des règles abondantes, il est donc important de surveiller ses apports en fer avant et pendant les règles.

Les meilleures sources de fer sont : les viandes rouges (foie de veau, steak...), les fruits de mer (palourdes, huîtres, moules...), les légumineuses (lentilles, haricots blancs, pois chiches...), le tofu, les poissons gras (sardines, maquereau, saumon...), les oléagineux (noix, pistaches, amandes, noisettes, graines...), les légumes verts (blettes, épinards, broccoli).

Attention : le fer non héminique (celui que l'on trouve dans les sources végétales et les œufs) est moins bien absorbé par l'organisme que le fer héminique (viandes et poissons), pour en favoriser l'absorption, on peut accompagner sa consommation de vitamine C.

PS : L'ortie est une source remarquable de fer et de vitamine C (et de tout un tas d'autres nutriments, dont le magnésium, le calcium, la silice, la vitamine A, K, en plus d'être une formidable source de protéines ). Est-ce qu'on a déjà évoqué le fait qu'on aimait l'ortie ? 

Peut-on faire diminuer la quantité de ses règles ? 

 

Oui et non. En soi, on ne peut pas faire diminuer le volume de ses règles directement, on peut cependant traiter l’origine du problème : l’inflammation et le déséquilibre hormonal. 

Chez les personnes qui portent un DIU en cuivre, le corps finit par s’habituer et le volume diminue naturellement au bout de quelques mois. Pour d’autres, seul le retrait du stérilet résout le problème et leur permet de mettre fin à l’inflammation et aux douleurs. 

En cas de déséquilibre hormonal, c’est ce problème qu’il faut traiter : grâce à certaines plantes qui aident à rétablir l’équilibre entre les hormones, réduire l’inflammation et diminuer le volume des règles, on peut réussir à diminuer le flux sanguin de manière durable. 

Pour l’endométriose, c’est un sujet malheureusement encore trop peu étudié, il n’existe à ce jour aucun traitement spécifique qui permet de guérir de cette maladie. Généralement, deux formes de traitement sont proposées : opérer pour retirer les lésions endométriales ou la pilule contraceptive, souvent prise en continu afin de stopper les variations hormonales et de créer une “ménopause artificielle”, arrêtant les saignements de règles. 

Mais on peut aussi choisir de vivre son endométriose sans traitement médicamenteux : en adaptant son alimentation, privilégiant une alimentation anti-inflammatoire, en se faisant accompagner par un.e naturopathe spécialisé.e, la sophrologie, le yoga de la Femme

De nombreuses plantes comme l'achillée millefeuille, l’alchémille ou encore l'angélique permettent également d’aider à soulager les douleurs causées par l’endométriose et réduire l’abondance des règles. 

Et les règles peu abondantes dans tout ça ? 

  1. Faire la différence entre le spotting et des règles peu abondantes
    Les spottings sont des saignements intermenstruaux, par définition, ils arrivent en dehors des règles, ce ne sont donc pas des règles. Le sang est souvent plus foncé, voire brun, car il s’est oxydé au contact de l’air. 

    Si tu as des spottings avant tes règles (on considère le premier jour des règles le premier avec des vrais saignements qui nécessitent l’utilisation d’une protection menstruelle : tampon, serviette, cup…), c’est peut-être le signe d’un manque de progestérone. 

    La progestérone est l’hormone de la phase lutéale, c’est-à-dire de la période entre l’ovulation et les règles. Son rôle est de maintenir l’endomètre afin de créer les conditions idéales à la nidation d’un ovule fécondé. Un taux de progestérone faible peut faire que l’endomètre commence à se détacher avant l’arrivée des règles, un cycle plus court que la normale, des problèmes de fertilité. La progestérone ayant également un effet anxiolytique naturel, c’est notamment un taux faible qui peut être à l’origine des symptômes psychiques du SPM : anxiété, état dépressif, sautes d’humeur, trouble du sommeil…

  2. Les règles roses clairs, sont-elles des vraies règles ?
    Un flux faible, de couleur rose clair indique un taux d’œstrogènes faible : l’endomètre ne s’est pas suffisamment développé, il y a donc moins à évacuer, les règles se mélangent aux pertes vaginales et contiennent peu de sang, elles durent quelques jours seulement.

  3. Les règles peu abondantes, est-ce un problème ?
    Un manque d’œstrogènes peut causer des problèmes de fertilité, car la possibilité de cycle anovulatoire est présente. D’autre part, un ovule fécondé aura plus de difficulté à s’accrocher à un endomètre peu développé.

Alors, quelles solutions existent ?

Les solutions naturelles

Parmi les plantes les plus efficaces pour aider à réguler le cycle et les flux importants ou anarchiques—y compris ceux provoqués par le stérilet en cuivre— réduire les spottings, améliorer la régularité du cycle et combattre la douleur, on retrouver l'achillée millefeuille, l'alchémille, la sauge, l'angélique, qui font toutes partie de notre tisane FLOW. Les ingrédients de la tisane participent également à soulager les douleurs liées à l'endométriose.

Les propriétés anti-inflammatoires de la cure CLEAR que l'on doit à l'ortie, le curcuma et le zinc, permettent aussi de soulager les douleurs et l'inflammation de interne causés par l'endométriose ou un DIU.

Enfin, pour rétablir le rapport entre œstrogènes et progestérone et équilibrer le cycle—autant dans sa durée que dans sa "qualité"—on retrouve BALANCE, grâce notamment au gattilier et l'actée à grappes, qui permettent de faciliter la "transition" entre les différentes phases du cycle et de favoriser une ovulation saine et un cycle harmonieux. 

Pour en savoir un peu plus sur tes règles et ton profil hormonal, teste tes symptômes grâce à notre diagnostic menstruel. Excès d'œstrogènes, inflammation, excès d'androgènes, nos cures sont là pour répondre à tous les profils et t'aider à rééquilibrer tes hormones grâce à leur formulation 100% naturelle, à base de plantes et de minéraux essentiels à l'équilibre du cycle féminin.

Pour aller plus loin et t'aider à maximiser les effets des cures obtenir des résultats durables, notre ebook "La méthode 28 jours" est offert avec chaque coffret acheté. Ce guide de 150 pages a été spécialement conçu pour t'aider à mieux comprendre tes symptômes, apprendre à écouter ton corps et rétablir un cycle menstruel sain et sans douleurs de manière durable.

Tu peux aussi commencer par faire la détox de Printemps dans un premier temps, qui t'aidera à démarrer et te motiver pour rééquilibrer tes hormones durablement !