SOS infection urinaire : solutions naturelles et prévention

Si les infections urinaires n’existaient pas, pour sûr qu’on irait mieux et qu’on vivrait bien plus sereinement !

Plus de 70% des femmes sont concernées par les infections urinaires, et parmi elles, quasiment la moitié en souffre régulièrement (au moins une fois par an). 

Mais au fait, qu’est-ce qu’une infection urinaire ?

Une infection urinaire c’est avant tout une contamination : c’est quand des germes et bactéries naturellement présentes dans les intestins et la région anale se retrouve dans la vessie ou les voies urinaires. Cette contamination déclenche alors une inflammation (= le corps enclenche les défenses immunitaires) ce qui cause les symptômes qu’on connaît bien : douleurs, sensation de brûlure quand on urine, envie fréquente d’uriner, un sentiment de pression sur le bas-ventre…Bref, le kiff total (non).

Qu'est-ce qui déclenche une infection urinaire ?

Le plus souvent, il c’est une auto-contamination, c’est-à-dire que nos “propres bactéries” viennent faire un peu de tourisme là où elles ne devraient pas. C’est souvent le cas quand on a des problèmes digestifs : en cas de constipation, il peut arriver qu’on ait plus de mal à vider sa vessie, ce qui crée un environnement propice au développement des bactéries dans la vessie même. Dans le cas inverse, en cas de diarrhée, les bactéries sont présentes en trop grande quantité dans les intestins et peuvent alors migrer vers la vessie et les voies urinaires.

Mais la contamination externe est aussi l'une des premières causes d’infections urinaires. Dans ce cas, ce sont des bactéries externes (≠ issues des intestins) qui vont venir contaminer les voies urinaires. Les principales causes sont les rapports sexuels avec pénétration ou de mauvaises conditions d’hygiène. 

Quels sont les réflexes à adopter pour prévenir les infections urinaires ? 

Les réflexes les plus connus, qu’on ne présente (presque) plus (quoique…)

  • S’essuyer d’avant en arrière (pour éviter une contamination des bactéries intestinales vers l’urètre)
  • Faire pipi AVANT et APRÈS une chaque relation sexuelle avec pénétration (oui, même et surtout en cas de pénétration digitale)
  • Bien nettoyer ses toys et vibros avant
  • Boire suffisamment d’eau au cours de la journée 
  • Éviter les sous-vêtements synthétiques (= non respirants), les pantalons trop serrés

Pour comprendre au mieux comment on peut éviter le calvaire que représente une infection urinaire, il est important de comprendre les facteurs déclencheurs un peu moins connus.

L’hygiène du partenaire sexuel

Soyons honnêtes, les hommes ont une légère tendance à “oublier” de se laver les mains (même si oui, bien sûr, #notallmen) en diverses circonstances. 

Qu’il ait préparé un poulet peu avant, coupé des piments (AÏE !), caressé le chat, touché la barre du métro avant d’arriver, acheté une baguette avec de la monnaie (entre la barre du métro et les pièces de monnaie, difficile de savoir lequel est le pire nid de germes…) ou tout simplement touché son téléphone, il n’est JAMAIS optionnel de se laver les mains quand l’ambiance commence à chauffer et que les culottes tombent.

Comme le rappelle très justement Baptiste Beaulieu (<3) dans sa chronique sur France Inter

Souvent, souvent, je vois des patientes qui consultent pour des infections urinaires, et même si je sais que ces maladies touchent plus facilement les femmes que les hommes, notamment en raison de la longueur de l’urètre, (il est plus court chez les femmes) je ne peux pas m’empêcher de rapprocher ce fait de toutes ces fois où j’accueille en consultation des hommes ayant au bout des doigts des ongles sales et mal taillés.

Donc : [Message aux hommes] Lavez-vous les mains, et le reste, mais les mains aussi !"

Pourquoi boire beaucoup et ne pas se retenir d’uriner

Quand on urine, les bactéries présentes dans la vessie et les voies urinaires sont évacuées avec l’urine, ce qui empêche leur prolifération excessive. Si on se retient d’aller aux toilettes, on augmente les chances de développer une infection urinaire. Boire beaucoup permet de produire plus d’urine et donc d’uriner plus fréquemment, ce qui évite que des bactéries stagnent dans la vessie. CQFD. 

Consommer des fibres et des aliments probiotiques 

Une consommation régulière de fibres et d’aliments probiotiques permet de prévenir la réapparition des infections urinaires, car une digestion saine (pas de diarrhée ou de constipation) contribue à éviter l’auto-contamination des germes et bactéries présentes dans l’intestin vers la vessie et les voies urinaires.

Les probiotiques des micro-organismes, dont des “bonnes” bactéries et des levures, qui contribuent au maintien d’un microbiote sain. On connaît principalement leur rôle au niveau digestif, mais ces bactéries sont aussi essentielles au maintien d’une flore uro-génitale équilibrée. Un microbiote sain permet d’éviter les bactéries et germes nocifs. Certains aliments sont naturellement riches en probiotiques, c’est notamment le cas des aliments fermentés comme le kéfir, et le kombucha, la choucroute, le yaourt naturel ou encore le vinaigre de cidre (brut).

Infections urinaires à répétition : le lien hormonal 

Certaines femmes souffrent d’infections urinaires de façon chronique, ou plutôt cyclique, puisqu’il est fréquent que celles-ci se manifestent avant, pendant ou après les règles.

Il y a bien une raison à ça : en fin de cycle, les œstrogènes, qui jouent un rôle important dans la santé du système immunitaire, sont au plus bas. Les défenses naturelles sont affaiblies, on tombe plus facilement malade, c’est le terrain “idéal” pour que des infections urinaires (ou vaginales) se développent. Cette hypersensibilité aux infections est d’autant plus forte en cas de déséquilibre hormonal (par exemple quand les œstrogènes sont présents en trop grande quantité ou en cas de taux d'œstrogènes trop faible) ou quand viennent s’y ajouter des facteurs environnementaux comme le stress, des troubles du sommeil, des carences alimentaires…

Les réflexes à adopter avant et pendant les règles pour éviter les infections urinaires (ça marche aussi pour les mycoses) :

  • Éviter les protections menstruelles jetables qui contiennent du plastiques, des parfums, des matières irritantes
  • Éviter les tampons qui peuvent également être un facteur de contamination (la fameuse ficelle dont on ne sait pas quoi faire n’est pas innocente) en plus de “déssécher” la flore vaginale
  • Si tu utilises des culottes menstruelles : changes-en au moins toutes les 12h (même si ton flux n’est pas abondant) pour éviter que des bactéries ne s’y développent et laisser respirer ta vulve 
  • Faire d’une pierre deux coups : faire de notre infusion Flow ta BFF pendant les règles pour éradiquer les douleurs de règles, t’hydrater et combattre les troubles digestifs 💪

DIU en cuivre et infections urinaires

On en parlait déjà ici, le stérilet en cuivre peut chez certaines personnes être un facteur d'inflammation. Même s'il est peu probable que le stérilet en cuivre soit à la cause d'une infection urinaire, il est possible que l'inflammation qu'il provoque peut augmenter le risque de développer des infections urinaires plus fréquemment. Si c'est ton cas, faire une cure de Clear, notre cure anti-inflammatoire peut t'aider à soulager certains effets secondaires du DIU en cuivre. La formule concentrée de Clear peut aussi être utilisée en préventif en cas d'infections urinaires à répétition, pour renforcer les défenses naturelles de l'organisme face à ce problème.

Différencier infection urinaire et infection rénale 

Dès que les premiers symptômes d’une infection urinaire se font percevoir, il est important de réagir vite pour éviter que l’infection ne remonte jusqu’à la vessie ou pire, jusqu’aux reins. L’infection rénale c’est le stade 2 de l’infection urinaire, les symptômes arrivent souvent subitement, suite à la migration de l’infection de la vessie vers les reins.

Infection urinaire : 

  • Envie fréquente d’uriner 
  • Des difficultés à uriner (“rien ne sort”)
  • Des fortes douleurs / brûlures en urinant 
  • Des douleurs / pression dans le bas-ventre
  • Urine foncée / colorée ou odorante

Infection rénale

  • Frissons ou fièvre soudains
  • Douleurs dorsale (dans la région des reins)
  • Nausée
  • Fatigue 
  • Sang dans les urines

En cas de symptômes pouvant indiquer une infection rénale, il est important de consulter rapidement un médecin, un test urinaire ou une prise de sang confirmera l’infection, qui nécessite généralement une prise en charge avec des antibiotiques.

SOS infection urinaire : que faire ? 

Tout d’abord, il y a certaines choses à ne pas faire ! Certains aliments / boissons ont des propriétés irritantes, même s’ils ne sont pas la cause originelle de l’infection urinaire, ils peuvent potentiellement ralentir le processus de guérison, mieux vaut donc les arrêter, c’est par exemple le cas de : 

  • Café : irritant des voies urinaires, le café a tendance à déshydrater, mieux vaut donc faire une pause le temps que l’infection soit apaisée
  • Les boissons acides, sucrées, sodas, l’alcool : les sucres contenus dans ces boissons peuvent nourrir les bactéries responsables de l’infection, ce qui peut potentiellement l’aggraver ou prolonger la durée de rétablissement. Comme le café, l’acidité irrite les voies urinaires, ce qui peut notamment augmenter les douleurs lors du passage aux toilettes.  

Les conseils Circles en cas d’infection urinaire

  • Boire BEAUCOUP d’eau
  • Aller aux toilettes régulièrement pour continuer à évacuer les bactéries 
  • Boire des boissons diurétiques (= qui augmentent le volume urinaire) 
  • Faire le plein de vitamine C 
  • Favoriser les fruits et légumes riches en fibres et les épices anti-inflammatoires
  • Consommer des aliments ou boissons probiotiques comme le kéfir, le kombucha ou du vinaigre de cidre dilué dans le l’eau pour restaurer le microbiote uro-génital

Notre nouvelle infusion RESET a été formulée spécialement pour cibler à la fois la cause et les symptômes de l’infection.

Diurétique et anti-bactérienne : elle contribue à augmenter le volume urinaire pour “nettoyer” la vessie et les voies urinaires et éliminer les bactéries à l’origine de de l’infection. 

Anti-inflammatoire et apaisante : elle combat l’inflammation, afin d’apaiser les douleurs et la sensation de brûlure au moment d’uriner et aide les tissus irrités à se régénérer plus rapidement. 

PRÉCOMMANDER RESET