Chute de cheveux hormonale, si c'était une carence en fer ?

Chute de cheveux hormonale, si c'était une carence en fer ?

La chute de cheveux chez la femme a souvent une cause hormonale. Arrêt-pilule, hyperandrogénie, SOPK, ménopause, post-partum... ce sont sans doute les causes les plus fréquentes de la perte de cheveux, mais pas la seule ! Comme nos corps sont complexes, un déséquilibre hormonal n'est pas toujours le seul élément qui puisse expliquer une chute de cheveux soudaine ou inhabituelle : des carences nutritives, la carence en fer particulièrement, peuvent aussi souvent être en cause.

Chute de cheveux inhabituelle : la conséquence d'une carence en fer ?

Quand on pense carence en fer, on pense en premier à un état de faiblesse physique et mentale, à une grande fatigue. Une carence en fer est effectivement fréquemment associée aux symptômes suivants : pâleur, fatigue, maux de tête, sensation de faiblesse musculaire... 

...Mais les conséquences d'une carence en fer peuvent être mutliples, puisqu'une carence en fer peut avoir des conséquences autant sur le plan physique, que neurologique, que capillaire. Ça vous semble incohérent ? On vous explique.

Quel sont les fonctions du fer dans l’organisme ?

Avant de comprendre pourquoi une carence en fer peut être la cause d'une chute de cheveux, il est important de comprendre à quoi le fer sert dans notre organisme.

Le fer : transporteur de l’oxygène

Le fer, c'est un peu un messager interne qui assure la distribution d'oxygène dans l’organisme. C’est lui qui aide les globules rouges à fixer l’oxygène, afin de pouvoir le transporter dans le corps et le distribuer partout où il est nécessaire (ce qui est effectivement partout : de la racine des cheveux à la plante des pieds). Grâce à lui, nos cellules sont nourries et peuvent remplir leurs fonctions quotidiennes : les muscles nous aident à nous mouvoir, notre cerveau formule des pensées, notre système digestif digère les aliments pour nous donner de l’énergie.

Le fer essentiel pour les globules rouges

Mais le fer ne s'arrête pas là. Il joue un rôle clé dans la formation même des globules rouges. Quand le fer manque, la production des globules rouges est ralentie et, si les globules rouges viennent à manquer, on peut se retrouver en situation d'anémie.

Un allié du système immunitaire

Le fer agit aussi comme "maître d'orchestre" de notre système immunitaire. Il favorise la croissance et l'activité des défenseurs de notre organisme – les lymphocytes et les macrophages. Ensemble, ces cellules protègent notre corps contre les agressions des intrus qui peuvent compromettre notre santé, les virus et les bactéries.

Un minéral essentiel à la santé physique et neurologique

Mais ce n'est pas tout ! Le fer est également très utile sur le plan cognitif et neurologique. Il soutient le développement et le fonctionnement de notre cerveau : en contribuant à la fabrication de neurotransmetteurs — les messagers chimiques qui guident les signaux entre nos cellules nerveuses — il nous est littéralement indispensable pour pouvoir penser et réfléchir.

Fer et cheveux en bonne santé, quel est le lien ?

OK, mais alors, quid du fer et des cheveux ? On y vient : le fer dans notre organisme joue un rôle fondamental dans la santé de nos cheveux et une carence en fer est fréquemment associée à une chute de cheveux. Le fer assure non seulement la division cellulaire essentielle à la croissance des cheveux, mais également la production des protéines qui les composent.

Cette double fonction du fer s'explique par son rôle indispensable dans la nutrition cellulaire et sa fonction dans la formation de l'hémoglobine, la molécule qui transporte l'oxygène vers toutes les cellules, y compris le cuir chevelu et les follicules responsables de la croissance capillaire.

Pour résumer (et simplifier) : le fer aide le corps à produire les cellules qui constituent nos cheveux et à transporter l'oxygène indispensable à la santé du cuir chevelu et à la croissance des cheveux et quand il manque, cela peut se répercuter sur l'aspect et la santé des cheveux.

Une carence en fer peut impacter les cheveux de la façon suivante : 

  • Changement de la structure capillaire 
  • Affaiblissement du cheveu, qui devient plus fin, plus cassant
  • Cheveux secs et ternes
  • Chute de cheveux
  • Cheveux qui poussent moins, et moins vite
  • Perte de volume capillaire

Quelles sont les causes d’une carence en fer ?

Les règles : un facteur de carence en fer

Les femmes sont davantage exposées au risque d’une carence en fer, car les saignements pendant les règles peuvent représenter un risque accru de carence en fer et d’anémie. Même si le sang perdu pendant les menstruations ne fait pas diminuer la quantité totale de sang qui circule dans système vasculaire, la perte de sang pendant les règles peut—surtout en cas de règles abondantes ou très abondantes—faire baisser le taux de fer et de globules rouges dans l’organisme et affaiblir le corps.

La grossesse et l’allaitement 

Le fer joue un rôle vital dans la croissance du fœtus et le développement du placenta pendant la grossesse. Le fer est essentiel à la croissance et à la santé du nouveau-né (la formation des globules rouges, le transport de l’oxygène, le soutient des défenses immunitaires, comme expliqué plus haut, tout ça s’applique aussi—même beaucoup plus—aux nouveaux-nés). Pendant la grossesse et l'allaitement, le fer nécessaire à la croissance du fœtus et du nourrisson est produit par la femme enceinte ou qui allaite, parfois au détriment de ses propres réserves de fer, ce qui peut parfois entraîner des carences.

La carence en fer liée à une malabsorption digestive

Certains troubles de l’appareil digestif peuvent entraver la digestion et avoir pour conséquence une malabsorption de certains nutriments, vitamines et minéraux, dont le fer fait évidemment partie. La malabsorption est une cause courante d'une carence en fer chez les personnes souffrant d'une maladie digestive comme la maladie de Crohn, le syndrome de l’intestin irritable, ou certaines intolérances alimentaires, comme la maladie cœliaque ou l’intolérance au lactose. Cette malabsorption peut également être augmentée par les troubles digestifs liés aux règles

Certains régimes alimentaires peuvent être à l’origine d’une carence en fer

Certains régimes alimentaires qui bannissent certains aliments, comme le régime végan ou végétarien peuvent effectivement être un facteur de carence en fer. Ceci dit, même si le cliché des végétariens anémiés a parfois la vie dure, il n'y a pas que le steak dans la vie (et heureusement !) et ne pas consommer de produits animaux n'entraîne pas automatiquement de carence en fer (et heureusement !), car il existe de nombreux aliments naturellement riches en fer, y compris parmi les végétaux. Les légumineuses comme les pois chiches ou les haricots font d'ailleurs partie des aliments les plus riches en fer, ils dépassent même la viande ! Végétarien.ne, vegan.e ou omnivore, tout le monde peut en réalité être concerné par une carence en fer !

Select an Image

Le stress, une cause supplémentaire de carences nutritionnelles

La liste des causes de carence en fer ne serait pas complète sans le stress. Le stress est bien connu pour impacter négativement de nombreux aspects de la santé et du bien-être : équilibre hormonal, sommeil, acné, digestion, concentration... et la santé des cheveux et l'absorption du fer par l'organisme ne font pas exception. 

Un stress chronique altère la quantité d'acide gastrique dans notre système digestif, ce qui peut causer une moins bonne absorption des nutriments issus de l'alimentation par notre organisme. Or, certains de ces nutriments sont essentiels à une bonne assimilation des minéraux, dont le fer, par le corps, ce qui peut conduire à des carences (en fer, mais pas que, le magnésium est souvent également fortement impacté par le stress).

Carence en fer, les solutions naturelles

La bonne nouvelle, c’est que la chute de cheveux et les cheveux fragilisés par une carence en fer sont, dans la plupart des cas, des symptômes réversibles ! Une fois l’équilibre rétabli, quand le corps a refait un “stock” suffisant de fer, les follicules pileux sont de nouveau alimentés en oxygène, de nouvelles cellules capillaires sont produites et la croissance des cheveux peut reprendre son cours normal.

Les aliments naturellement riches en fer

Pour éviter le risque de carence en fer, le réflexe n°1 c’est bien sûr d’en consommer ! L’idéal est de veiller à inclure quotidiennement des sources de fer naturelles à son alimentation.

Les femmes étant particulièrement à risque de développer des carences en fer, il peut être bénéfique de consommer davantage de ces aliments pendant la phase prémenstruelle et pendant les règles, ainsi que pendant la grossesse et l'allaitement, afin d'aider à prévenir une carence.

Les meilleures sources de fer dans l'alimentation sont  :

  • les légumineuses telles que les lentilles, les pois chiches ou les haricots
  • la viande rouge et les abats
  • les légumes verts “feuillus” (épinards, blettes, roquette…)
  • les coquillages, crustacés et fruits de mer
  • le tofu
  • les céréales complètes (notamment le pain complet)
  • les oléagineux
  • les fruits secs (pruneaux, raisins secs, abricots…)

Les complément alimentaires enrichis en fer

Il n'est pas toujours simple de donner à son corps tous les nutriments dont il a besoin, surtout si les signes d'une carence en fer sont déjà là. Pour cette raison, nous avons choisi d'ajouter du fer à GROW, notre cure dédiée à la force et la croissance des cheveux. 

GROW

En plus du fer, GROW contient des plantes et ingrédients aux multiples bienfaits pour des cheveux sains et fortifiés, pour favoriser la pousse ou pour lutter contre la chute de cheveux d'origine hormonale. 

Les bienfaits de GROW :

  • Le palmier nain reconnu pour aider à lutter contre la chute de cheveux, notamment en cas de déséquilibre lié à un excès d'androgènes
  • La prêle améliore l'état de la peau, des cheveux et des ongles, favorise la croissance des cheveux et le renforcement.
  • La silice dans la prêle aide à maintenir les cheveux, les ongles et la peau dans un état optimal.
  • Le sélénium contribue au maintien de cheveux normaux.
  • La biotine contribue au maintien de cheveux normaux. 
  • La vitamine B6 contribue à réguler l'activité hormonale.

Du jus d'orange pour maximiser l’assimilation du fer

Pour aider le corps à mieux absorber le fer, il est recommandé de consommer des aliments riches en fer avec des sources de vitamine C, car la vitamine C aide à “fixer” le fer. De nombreux fruits et légumes (frais) sont naturellement riches en vitamine C, comme les agrumes, les fruits rouges, mais aussi les légumes verts, qui sont à la fois source de fer ET de vitamine C, une bonne raison de plus de ne pas les négliger (#doublebonus). 

Notre conseil : prenez votre cure GROW accompagnée d'un jus d'orange frais, afin de maximiser ses bienfaits et aider le corps à assimiler le fer contenu dans la cure.

Chute de cheveux hormonale, si c'était une carence en fer ?
Select an Image

Certains aliments et boissons inhibent l’absorption du fer

À l'inverse de la vitamine C, certains aliments et boissons peuvent entraver l'assimilation du fer. C'est le cas de la caféine et de la théine, qui bloquent l’assimilation du fer par l’organisme, ainsi que les aliments riches en calcium. Pour cette raison, nous recommandons d'attendre au moins 2h entre la consommation de café, thé, sodas et boissons caféinées et de produits laitiers et la prise de votre cure GROW.

Notre conseil : plutôt qu'un café, optez pour une tasse de MOCHA RITUAL avec du lait végétal, avant ou après avoir pris votre cure GROW. Le MOCHA RITUAL est non seulement sans caféine, mais il contient de la chicorée, qui est particulièrement indiquée pour prévenir les carences en fer. 

MOCHA RITUAL

BONUS : La recette du houmous anti-anémie

Citer des aliments riches en fer, c'est bien, vous donner une recette naturellement source de fer et qui fait du bien, c'est mieux ! On vous partage donc une recette de houmous ultra simple et riche en bienfaits, qui deviendra, on l'espère, un incontournable allié de votre équilibre et de votre bien-être !

Ingrédients

  • 1 boîte de pois chiches cuits
  • 1/4 d'eau de la boîte de pois chiches
  • 2 gousses d'ail hachées
  • 2 c. à soupe de tahini (purée de sésame)
  • 3 c. à soupe d'huile d'olive
  • 3 c. à soupe de jus de citron
  • 1 c. à café de cumin
  • 1/2 c. à café de sel
Select an Image

Préparation

  1. Dans un mixeur, mettre les pois chiches, l'eau et l'ail, et mixer jusqu’à obtenir une consistance presque lisse.
  2. Ajoutez l'huile d'olive, le tahini et le jus de citron. Replacez le couvercle et mixer de nouveau. Si besoin, ajouter plus d’eau.
  3. Ajoutez le sel et le cumin. Mixez à nouveau. Vous pouvez ajouter plus d’huile d’olive en fonction de vos préférences de texture.
  4. À l'aide d'une spatule, transvaser le houmous dans un bol. Vous pouvez le déguster immédiatement, mais il gagne en goût après avoir reposé quelques heures au frais.
  5. Dégustez avec des sticks de légumes, avec des crackers ou en tartinade.

Pourquoi le houmous est une aide précieuse pour lutter contre l’anémie et la carence en fer ?

Manger du houmous pour avoir des beaux cheveux, on n'y penserait pas forcément, mais les bienfaits sont là ! Le houmous se compose de quelques ingrédients incontournables d’une alimentation saine et équilibrée : les pois chiches, le tahini, le jus de citron et l'huile d'olive, qui peuvent contribuer à atténuer les manifestations d'une carence en fer (et faire du bien aux hormones au passage).

Les bienfaits

100g de pois chiches, c'est 34% de l'apport journalier recommandé de fer. Les pois chiches sont également une source précieuse de folate, qui aide à la production de globules rouges.

Le houmous contient également du tahini, de la purée de sésame. Le tahini est une excellente source de cuivre, dont l’un des principaux rôles est d'aider les globules rouges à assimiler le fer. Le cuivre est également un antioxydant et aide à maintenir la structure des vaisseaux sanguins.

Le jus de citron est évidemment essentiel pour équilibrer le goût du houmous et lui donner une note fraiche et acidulée, mais il contient également de la vitamine C, qui, on le rappelle, aide à l’assimilation du fer par l’organisme.